Chers paroissiens

Dans la Bulle d’indiction pour l’Année de la Miséricorde 2016, le pape François nous a invités à redécouvrir les œuvres de miséricorde. Le carême 2021 peut devenir ce temps favorable pour découvrir, redécouvrir et mettre en œuvre ces actions liées à notre foi. Qu’elles sont-elles ? Le n°15 de la Bulle nous les rappelle :

Les œuvres de miséricorde corporelles : donner à manger aux affamés, donner à boire à ceux qui ont soif, vêtir ceux qui sont nus, accueillir les étrangers, assister les malades, visiter les prisonniers, ensevelir les morts.

Les œuvres de miséricorde spirituelles : conseiller ceux qui sont dans le doute, enseigner les ignorants, avertir les pécheurs, consoler les affligés, pardonner les offenses, supporter patiemment les personnes ennuyeuses, prier Dieu pour les vivants et les morts.

Vous le voyez, ces œuvres sont nombreuses. La sagesse requiert que nous choisissions l’une ou l’autre de ces œuvres, sinon nous nous disperserons et nous nous épuiserons à tenter de tout mettre en œuvre.

Le carême est également ce temps privilégié pour nourrir notre vie chrétienne, les propositions paroissiales du Carême devraient être une aide précieuse pour accompagner ces 40 jours. 

 

Avec les équipes liturgiques, je voudrais vous inviter à approfondir notre relation avec Dieu. Tous les samedis du Carême, nous nous réunirons à 15h00 dans l’une de nos communautés locales pour une prière commune. Nous vous proposons différentes méthodes de prière et de méditation sur la Parole de Dieu.

En quelques phrases, je voudrais vous présenter nos propositions.

1. Le Bibliologue – Samedi 20 février : Temps de prière, (animé par l’équipe liturgique N°3), à 15h à l’église de St Alban.

 

Le Bibliologue est une approche ludique d’un texte biblique où la Bible et l’expérience humaine entrent en dialogue. Cette méthode s’inspire d’une ancienne pratique juive d’interprétation de la Bible, le midrash. En découvrant des espaces dans le texte et en y laissant résonner nos propres représentations, pensées et émotions, cela donne de nouveaux éclairages. Cette méthode d’animation consiste à découvrir dans chaque texte biblique que nous lisons du feu noir (ce qui y est écrit) et du feu blanc (l’espace de notre imagination, notre interprétation pour nourrir notre foi). Dans la lecture de la Bible, le feu qui est le symbole de l’Esprit Saint est invoqué pour nous permettre de comprendre et de contextualiser ces passages lus pour notre temps. Le bibliologue convie à un voyage au cours duquel nous pouvons entrer en dialogue avec le monde de la Bible, trouver ensemble les significations possibles d’un texte, le laisser rejoindre nos vies, devenir acteurs de sa spiritualité et de notre foi. Au travers d’un texte, les participants sont invités à rentrer dans la peau du personnage biblique et à répondre à une question posée tout en faisant intervenir le feu noir (lire ce qui est écrit dans la Bible) et l’interpréter, l’augmenter par le feu blanc constitué par nos émotions, nos sentiments, nos motivations qui peuvent animer les personnages. C’est en combinant le feu noir et le feu blanc que les sens possibles du texte peuvent nourrir notre foi. 

 

2. Lectio divina – Samedi 27 février : Temps de prière, (animé par l’équipe liturgique N°4), à 15h à l’église de Vallon. 

 

La lectio divina reprend à son compte les principes de base pour la lecture de l’Écriture élaborés déjà au sein du judaïsme, et qui sont ensuite passés dans la tradition chrétienne. La lectio divina est une façon de lire l’Écriture qui, se produisant dans la foi, dans la prière, dans l’ouverture à l’Esprit, devient écoute de la Parole de Dieu qui, au travers de la page biblique, s’adresse «à nous aujourd’hui». 

Cette lecture/écoute réalise un approfondissement des niveaux de sens du texte biblique analogue au schéma des quatre sens de l’Écriture que connaissent tant le judaïsme que le christianisme. La doctrine chrétienne des quatre sens de l’Écriture, diffuse dans l’exégèse médiévale, parle de sens littéral (qui concerne la signification historique du texte), allégorique ou spirituel (qui analyse la portée kérygmatique du texte), moral (qui implique l’existence du croyant), anagogique (qui regarde le plan contemplatif et eschatologique).

 

Ces quatre niveaux de sens correspondent en substance aux approfondissements que la lectio divina propose de faire au lecteur de l’Écriture, en le guidant du niveau historico-littéral (lectio) à son approfondissement révélateur et théologique qui fait émerger un message central (meditatio) auquel on répond par la prière et l’engagement dans la vie (oratio), jusqu’à donner à l’existence tout entière de partager le regard de Dieu sur les réalités humaines (contemplatio).

 

3. La prière contemplative – Samedi 06 mars : Temps de prière, (animé par l’équipe liturgique N° 1), à 15h à l’église de St Alban. 

 

Le dialogue contemplatif… qu’est-ce que c’est ? 

“Dialogue” car c’est ensemble que nous allons dialoguer avec la Parole de Dieu. Il s’agit plus de se mettre à l’écoute les uns des autres pour ensemble entrer en dialogue avec le Seigneur que de se parler les uns aux autres.

“Contemplatif” car au cours de ce temps de prière je vais me laisser toucher par la Parole du Seigneur, avec l’aide de mes frères et sœurs.

Je vais aussi contempler la manière dont le Seigneur parle au cœur de celles et ceux qui prient avec moi. La Parole que le Seigneur m’adresse aujourd’hui me sera donnée autant par l’extrait biblique avec lequel nous prions que par mes frères et sœurs avec qui je la partage.

 

4. La méditation L’icône « Christ et son ami Menas » – Samedi 13 mars : Temps de prière, (animé par l’équipe liturgique N°2), à 15h à l’église de Vallon.

Les icônes viennent soutenir la beauté de la prière. Elles sont comme des fenêtres qui s’ouvrent sur les réalités du Royaume de Dieu et les rendent présentes dans notre prière sur la terre. Elles sont un appel à notre propre transfiguration.

Si l’icône est image, elle n’est pas illustration pure, ni décoration. Elle est le symbole de l’incarnation, elle est présence offrant aux yeux le message spirituel que la Parole adresse aux oreilles.

 

5. La contemplation de la croix, avec invocation du nom de Jésus. – Samedi 20 mars : Temps de prière, (animé par l’équipe liturgique N°3), à 15h à l’église de St Alban. 

 

La prière du cœur, également appelée prière de Jésus ou encore la prière d'une pensée unique, est une dévotion chrétienne d'invocation simple et courte du nom de Jésus afin qu'elle puisse être répétée en permanence, sans distraction de l'esprit. La forme et les mots exacts de cette prière peuvent varier mais doivent, idéalement, s’accorder au rythme de la respiration.

La simplicité de la formule aide à éviter les distractions et à se concentrer sur la présence de Jésus. Cette simplicité rend la prière accessible à tous. La répétition de la formule peut donner l’impression d’être une formule magique. Mais, la « prière du cœur » n’est pas une fin en soi. C’est un outil pour atteindre une prière sans parole, une présence à Dieu. C’est en cela qu’elle n’a rien de magique, car la prière ne vise pas à produire quoi que ce soit mais elle aide à garder son attention sur Jésus. Ses bienfaits sur le corps et l’esprit peuvent être perçus comme des bienfaits venant de Dieu ou de simples phénomènes psycho-physiques (comme se détendre) qui sont en faveur d’une concentration sur Christ.

 

6. Chemin de croix – Samedi 27 mars : (animé par l’équipe N°4), pour les Rameaux, à St Alban, au Calvaire à 17h.

Faire le chemin de croix est une cérémonie qui nous fait revivre les évènements de la passion de Jésus et nous fait réfléchir à la signification de ces évènements. On pense aux souffrances du Christ et on fait l’expérience de l’amour que révèle son attitude. Cette méditation éveille en nous un sentiment de compassion et de gratitude envers le Seigneur qui nous a aimé jusqu’au bout.

Cette cérémonie nous fait vivre avec amour notre propre croix. "Celui qui veut marcher derrière moi, qu’il se renonce lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive", nous a dit Jésus. Nous trouvons dans l’exemple du Christ l’attitude que nous sommes invités à vivre à notre tour. C’est ainsi que nous participons à la croix du Christ.

 

Que la Vierge Marie, nous aide en ce temps de carême 2021 à être vigilants face aux tentations, à ne nous soumettre à aucune idole de ce monde, à suivre Jésus dans sa lutte contre le mal et nous serons nous aussi vainqueurs comme Jésus. 

votre curé, père Wojciech Samuel

Paroisse St Martin du Sampzon |  parstmartin@wanadoo.fr  | 

Permanences: Samedi de 9h30 à 11h30; Tel: 04 75 39 79 70
Maison Paroissiale: 1, place du Général de Gaulle; 07120 Ruoms

Presbytère: 9 rue des Tournelles; 07120 Ruoms; Tel: 04 75 39 62 54; 06 36 19 11 32

  • Facebook
  • YouTube